Vitesse et Dangerosité - (VEDR)


Groupe de Réflexion (VEDR)
Franck Dumay Gilbert Burnand
 Yves Adam  Christian Bonin

Décharge du Castellet

Son illégalité et

Un risque d'accident grave sur la D87


 

 

 

 

La Cadière-d’Azur jeudi 30 août 2018

 

 

 

              A Monsieur René JOURDAN,

              Maire de la Cadière d’Azur

11 rue Gabriel Péri, 83740 La Cadière d’Azur

A.R.C.A.D.E

Association de Résidents de la Cadière d’Azur

pour la Défense de l’Environnement

Déclarée en préfecture le 4 mai 1987

 

Les trois associations du nord-est de la Cadière d’AZUR sous couvert de

 L’ARCADE, chez Marcel SIMON, 817 chemin des Luquettes, 83740 La Cadière d’Azur

Tél : 06 87 04 00 78

@ : arcade.jm@orange.fr - site : www.arcadiere.org

 

 

Objet : Décharge illégale du Castellet et ses nuisances dont la dangerosité de la dép 87

 

 

 

Monsieur le Maire de la Cadière d’Azur,

 

Nous profitons de la présente pour vous remercier sincèrement (ainsi que Monsieur Christian PERNIER) de vos interventions locales et rapides pour remettre en état le chemin du Pré de Caune et de celles que vous avez engagées sur un plus long terme avec le conseil départemental à propos de la dangerosité de la dép. 87. (cf. copie de leur réponse sur le site de l’ARCADE).

 

Nos associations, vous prient de bien vouloir leur accorder une audience, dès que possible, dans le but de peser ensemble sur la réduction des nuisances telles que celles induites sur les résidents du nord-est de la Cadière d’Azur par la décharge illégale du Castellet GFA La Capucine (cf. dossier en cours de constitution mis en ligne sur le site de l’ARCADE).

 

Ce dossier se bâti depuis, au moins, 1991, date du premier article de Var Matin, par les riverains qui ont eu à pâtir, quasiment sans discontinuer, de cette décharge : Tout le temps illégale, jamais fermée bien longtemps. Riverains accompagnés depuis juillet 2017 par l’ARCADE et les associations nord de la Cadière : AML (Association de la Muraille Longue), ADIR Jas de Clare, Association Ouest Cadière : les deux dernières plus par solidarité.

 

Les nuisances que subissent les riverains comprennent : bruit, pollution des gaz d’échappement, poussière des poids lourds, vibrations basses fréquence des moteurs poids lourds (nocives pour la santé), le visuel dégradé par le passage incessant des camions, la dégradation de la chaussée du chemin de desserte et aussi de la dép 87 complétement inadaptée au trafic de poids lourd, la dangerosité du chemin de desserte à la décharge et la dangerosité de la quasi totalité de la départementale 87 qui ne fait que 4,5 m de large par endroits, la perte de patrimoine très importante pour tous les riverains du chemin de desserte (ventes de propriétés annulées, perte des locations ou locations à prix réduit). On ajoutera à cela l’enfouissement du chemin communal et celui du vallon du Pré de Caune ce dernier pouvant créer des risques d’inondation lors de fortes pluies. La pollution des sols n’est pas à écarter non plus.

 

L’association des Vins de Bandol est intervenue par ailleurs depuis quelques années pour éviter le déclassement et la perte de terroir AOC Bandol qu’elle défend farouchement, ainsi que les pollutions poussiéreuses que reçoivent leurs vignobles. Riverains et viticulteurs mènent le même combat pour défendre chacun des valeurs différentes mais complémentaires.

 

L’audience que vous demandent une petite délégation des résidents les plus touchés par ces nuisances permettra sans doute de mieux encore dénoncer et combattre ensemble cette illégalité doublée de nombreux préjudices.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le Maire de la Cadière d’Azur, nos salutations les meilleures.

 

 

Pour L’AML (Association de la Muraille Longue)

1101 chemin de la Muraille Longue,

Reina RACINE (visas acquis)
.

 

 

Pour l’ADIR Jas de Clare, 275 chemin du Jas de Clare,

Jean-Luc BRIANT

(visas acquis)

 

Pour l’ARCADE, Marcel SIMON

(signataire du courrier)

 

 

21/08/2018

Sécurisation et travaux de nuit

 

Réponse du Département

à la lettre du 30/06 de l'Arcade


La Cadière-d’Azur

 

Mardi 14 août 2018

 

Compte-rendu de réunion d’adhérents d’ARCADE avec des élus du Castellet

(RV obtenu grâce à l'implication d'Anne-Marie PIERRET-CAHUET, adhérente de l'ARCADE)

 

Date et lieu : vendredi 3 août 2018 de 9h00 à 10h00 mairie du Castellet

 

Ordre du jour : suites aux nuisances dues à la décharge du Castellet (dangerosité, bruit, poussière, pollution, détournement de destination, perte de patrimoine des riverains, démarche frauduleuse de l’exploitant …) Demande d’informations sur leurs actions aux élus du Castellet par rapport à la décharge illégale de la société « la capucine »

Participants :

 

·         Mairie du Castellet : Nicole BOISIS, Maire – Jean-Paul HUSSIER adjoint urbanisme – René CASTEL conseiller urbanisme.

 

·         ARCADE : Yves ADAM conseiller de l’association et demeurant chemin Pré de Caune – Anne-Marie PIERRET-CAHUET demeurant au 2835 départementale 87 - Patrick CORNELOUP adhérent de demeurant 2835 départementale 87 -  Franck DUMAY conseiller de l’association et demeurant sur la départementale 87 – Marcel SIMON président de l’ARCADE et demeurant chemin des Luquettes. Tous les adhérents d’ARCADE, à ce jour, demeurent dans la partie nord-est de la Cadière d’Azur

 

Après un tour de table de présentation, au cours de laquelle les riverains de la Cadière d’Azur présentent leurs doléances (toutes les nuisances qu’ils subissent qui pourrissent la qualité de vie et réduisent considérablement la valeur de leur patrimoine) , Madame le Maire débute la réunion en signalant : « commencer par la conclusion » : dans la semaine elle a rencontré le sous-Préfet du Var d’une part et d’autre part, l’exploitant de la décharge du Castellet et celui de la SOTREVE, le chargeur, ensemble.

 

Les élus du Castellet nous indiquent qu’une information judiciaire aurait été lancée il y a peu de temps (sans plus de précision que : « il y a moins de trois mois ») par le procureur de la République. C’est-à-dire qu’un juge aurait été nommé récemment pour instruire cette affaire.

 

"Monsieur le Sous-Préfet, ajoute-t-elle, ne comprend toujours pas le pourquoi de la manifestation du 16 mars 2018 et surtout le rôle qu’a joué Madame la Députée de la circonscription lors de cette manifestation". Madame BOISIS en disant cela semble adhérer à l’avis du Sous-Préfet.

 

ARCADE  lui fait remarquer « qu’enfin » un élu était présent et accompagnait les riverains mais que les maires étaient absents: elle nous répond qu’elle n’avait pas été invitée. Cela lui est accordé et on lui fait tout de même remarquer qu'à la réunion du 8 février 2017 relative au SPANC tous les maires avaient été invités et qu’aucun d'eux n’était venu.

 

ARCADE  informe qu’ayant eu en ligne le chef du Service des Affaires Juridiques de la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) en juillet 2018 celui-ci a affirmé avoir transmis tout le dossier au procureur de la République du Var et a conseillé:

 

  De demander audience au Procureur de la République,

 

·         De nous porter partie civile pour avoir accès au dossier

 

·         De demander à Madame le Maire du Castellet de faire de son côté les actions qui lui incombent

et nous a assurés qu’on pouvait se prévaloir de ses paroles.

 

Ainsi, d’un côté le Sous-Préfet dit tout le mal qu’il pense de la manif du 16 mars 2018 et d’un autre côté, les services juridiques de la Préfecture nous disent de demander au maire du Castellet de faire appliquer les AIT (Arrêtés Interruptifs de Travaux) émis en octobre 2017 et qu'elle fasse suite si nécessaire.

 

Madame le Maire continue en disant que le patron de la SOTREVE qu'elle avait rencontré avant-hier en même temps que l’exploitant de la décharge de la Capucine l’avait assurée qu’il n’y aurait plus aucun camion en décembre 2018 et que d’ici là ils seraient limités à 10 par jour.

 

ARCADE note qu'à cette réunion avec Madame le Maire du Castellet participaient le maître d’œuvre ou chargeur : société  la SOTREVE et l’Exploitant de la décharge illégale du Castellet (société la Capucine). Il ne manquait plus que le maître d’ouvrage : TPM (Toulon Provence Méditerranée), cf. photo ci-dessus, prise en juillet 2018 sur la commune de la Seyne par un adhérent de l'ARCADE qui a suivi les camions de leur lieu de déchargement jusqu'à leur lieu de chargement. Du lourd en quelque sorte.

 

ARCADE  répond que pour les riverains c’est zéro camion à partir du moment où c’est illégal, que de toute façon quand on donne le bout du petit doigt à ces gens-là, ils vous prennent directement le bras et tout le reste et demande à Madame le Maire quelle est la réponse faite au directeur de la SOTREVE quand il lui a dit ce qui précède. Apparemment, elle a juste pris note de sa déclaration sans lui signaler d’arrêter tout de suite ce trafic.  Pourrait-on comprendre que dans l’esprit de Madame le Maire, il y a matière à arrangement, quelques camions pourquoi pas !

 

Il est confirmé par les élus du Castellet qu’une partie des camions vient bien d’un chantier du Beausset. Le Maire du Beausset n'est apparemment pas au courant.

Les élus du Castellet mettent carrément en cause la gestion de leur précédent maire Gabriel TAMBON, disant qu’il était pour la continuité de cette exploitation, bien qu’il ait écrit parfois le contraire ! Les élus du Castellet disent qu’on ne peut leur mettre sur le dos ce qui s’est passé avant la mort du précédent maire. Lui c’est lui et eux c’est eux. Cela nous fait penser au nouveau président de la CA SSB qui n'arrête pas de déclamer qu'il n'était pas là lorsque la signature de la DSP a été accordée à la société SAS SPANC et a été signée par les élus de l'époque ! Déjà le fait de dire "je n'étais pas là" cela démontre que l'on ne cautionne pas du tout ce qui s'est passé, mais plus profondément, cela dénote une absence de responsabilité et une démarcation avec ceux qui ont signés cette DSP.

 

L’adjoint à l’urbanisme du Castellet est revenu plusieurs fois sur le fait qu’une information judiciaire était lancée, qu’il appartenait aux riverains de porter plainte, de se porter partie civile afin d'avoir accès aux pièces du dossier.

 

Madame le Maire demande aussi pourquoi nous ne sollicitons pas le maire de la Cadière, pourquoi il n'intervient pas dans cette affaire au nom des administrés de la Cadière. ARCADE répond, qu'à la suite d'un courrier adressé au maire de la Cadière (juillet 2018) concernant la dangerosité  de la départementale 87,celui-ci nous a indiqué qu’il percevait bien le problème, mais en attribuait la cause aux poids lourds qui vont sur une commune voisine (Le Castellet), qu'il ne pouvait rien y faire. Ce courrier est en ligne sur le site de l’ARCADE.

 

ARCADE fait remarquer l’impuissance des élus pour faire cesser ce problème et constate qu'il revient aux simples particuliers de se mobiliser et de dépenser temps, argent et santé pour que les illégalités s’arrêtent. 

 

Nous quittons la réunion en remerciant les élus du Castellet de leur accueil et en les assurant que nous allons agir.

 

Actions envisagées :

 

Il sera demandé audience au Maire de la Cadière, objectif : A son niveau, comment peut-il aider ses administrés à ne plus subir de telles nuisances. (courrier pour fin août)

 

Il sera demandé audience aux Conseillers Départementaux du canton, objectif : entre autres : Cette départementale n’est pas adaptée à la circulation des 40 tonnes et devraient être limitée aux 19 tonnes. (courrier pour fin août)

 

L’ARCADE continuera à transmettre ses dossiers à la Députée de la 6ème circonscription (dont le présent CR) et restera en lien avec son équipe.

 

Chaque riverain subissant des nuisances en lien avec la décharge devrait rédiger une attestation datée et signée répertoriant tout ce qu’il subit. (fin août si possible)

Ces attestations seront regroupées par l’ARCADE qui rédigera un courrier de demande d’audience au procureur de la République du Var, courrier dans lequel il transmettra en annexe les attestations des riverains. Il sera demandé au procureur d’accorder l’aide juridictionnelle pour cette affaire, du fait que les élus sont impuissants et que les administrés doivent se défendre eux-mêmes.

 

Pétition : une recherche de signature d’adhésion à cette cause sera effectuée par les adhérents de l’ARCADE auprès de tous les riverains nord Cadière. La signature de la pétition pourra être réalisée indépendamment du courrier de demande d’entretien au procureur. (À partir de fin août)

 

Une recherche de conseil sera lancée par l’ARCADE et ses adhérents, pour savoir s’il faut se porter partie civile et de quelle manière: individuellement, au niveau de l’ARCADE ou d’un collectif d’associations…
                                                                        Marcel SIMON, président de l’ARCADE

21/07/2018

La Cadière-d’Azur

 

Vendredi 20 juillet 2018

 

Lettre à Madame la Députée de la 6ème circonscription du VAR
Valérie GOMEZ-BASSAC

 

Objet : décharge illégale du Castellet : Le point au 20 juillet 2018

 

Madame la Députée

Suite à une reprise importante de l’exploitation de la décharge du Castellet allant crescendo : un, deux puis 70 poids lourds et plus par jour ces dernières semaines, nous nous sommes renseignés. Voici les quelques informations que nous avons recueillies :

Les sociétés qui viennent décharger leurs camions sont en particulier EFFAGE et SOTREL, y a-t-il des passe-droit pour que cette exploitation perdure ?

 Monsieur Serge LHOSTELLIER, chef du Service des Affaires Juridiques de la DDTM contacté par tél le 11 juillet, m’a affirmé avoir transmis tout le dossier au procureur de la République du Var et a conseillé :

 

·          De demander audience au Procureur de la République,

 

·         De nous porter partie civile pour pouvoir avoir accès au dossier et mettre la pression

 

·         De demander à Madame le Maire du Castellet de faire de son côté les actions qui lui incombent

 

Nous avons téléphoné aux gendarmes du Beausset (Chef de la Brigade du Beausset : Madame FATOUX) qui ont aussi en charge la commune du Castellet. Ils nous disent n’avoir aucune information ni document leur demandant d’intervenir sur cette décharge illégale et ne peuvent donc rien faire.

 

Madame Nicole BOISIS Maire du Castellet contactée à plusieurs reprises nous a répondu en deux temps :

·         Tout d’abord elle a affirmé avoir tout transmis : arrêté et autres documents à Monsieur PAYET commandant de gendarmerie, basé à la Valette du Var.

·         Puis, il y a quelques jours, elle nous a dit que l’exploitant avait encore déposé un recours et que cela était la cause de la reprise de la noria de camions.

Il nous a été dit que ces camions venaient du Beausset. Madame BOISIS a demandé confirmation au Maire du Beausset qui lui a répondu qu’ils ne venaient pas du Beausset !

 

Semaine prochaine les adhérents d’ARCADE les plus touchés par ces nuisances tiendront une réunion pour déterminer les actions à mener.

 

Le jeudi 2 août 2018 à 9h00 Madame Nicole BOISIS Maire du Castellet recevra une délégation de l’ARCADE.

 

Après cela, suivant les suites qui seront apportées, il est vraisemblable que nous vous demanderons audience, sans doute de façon commune avec l’association Arc-en-Ciel du Beausset qui a, jeudi 12 juillet, fait une manifestation sur la nationale 8 entre le Beausset et Sainte-Anne d’Evenos, en face de Villa Verde, pour dénoncer une autre décharge illégale sur un terrain destiné à la plantation de vignes côtes de Provence.

 

Voilà Madame la Députée, les problèmes reviennent, vos interventions relatives à cette décharge illégale du Castellet sont saluées par tous ceux qui sont au courant de cette affaire, nous serions heureux de vous avoir encore à nos côtés pour continuer le travail.

 

Je vous prie d’agréer Madame la Députée, mes sentiments les meilleurs.

Marcel SIMON, président de l’ARCADE

Valérie GOMEZ-BASSAC doit rencontrer lundi 23 juillet le Président de la CASSB et la même semaine le Préfet du Var. Entre autres dossiers, elle portera devant eux celui du SPANC (comment gérer les impayés + audit des comptes et comment au futur sera-t-il géré) + celui des décharges illégales dont celle du Castellet.

 

Nota : Cette réunion était totalement dédiée au problème du SPANC, néanmoins, à la fin de la réunion, il a été remis à Valérie GOMEZ-BASSAC un courrier de l’ARCADE relatif à la décharge illégale du Castellet, intitulé : le point sur la décharge illégale du Castellet au 20 juillet 2018.

 

01/08/2018

Objet : dangerosité des chemins communaux : chaussée du Pré de Caune défoncé

 

 

Réponse de Mr le Maire à la lettre du 12/07 ci-dessous

 

22/07/2018

La Cadière-d’Azur jeudi 12 juillet 2018

 

 

A Monsieur René JOURDAN,

 Maire de la Cadière d’Azur

 11 rue Gabriel Péri, 83740 La Cadière d’Azur

 

Les deux associations du nord-est de la Cadière d’AZUR sous couvert de

 L’ARCADE, chez Marcel SIMON, 817 chemin des Luquettes, 83740 La Cadière d’Azur - Tél : 06 87 04 00 78

 

Objet : dangerosité des chemins communaux : chaussée du Pré de Caune défoncée

 

Monsieur le Maire de la Cadière d’Azur,

 

Nos deux associations, porte-paroles de nos adhérent(e)s et par extension des résidents du nord-est de la Cadière, tiennent à vous faire part de la dangerosité du chemin du Pré de Caune au droit de la descente du chemin de la Muraille Longue.

 

Depuis 3 ans une rigole s’y est formée et les quelques interventions que vous avez pu réaliser pour la traiter ont été réduites à néant. Il y a trois mois l’Association de la Muraille Longue a contacté vos services pour vous demander d’éliminer ce danger.

 

La rigole s’est encore plus prononcée au premier semestre 2018. Elle mesure maintenant une longueur d’environ 5 mètres, une largeur de 50 cm et allant jusqu’à 1 mètre en un endroit et surtout une profondeur sérieuse allant même jusqu’à 20 cm par endroits. De nombreux habitants empruntant ce chemin risquent l’accident car il est en sortie de courbe et de croisement et il est impossible de s’y croiser sans qu’un des véhicules ne soit obligé d’y laisser une de ses roues. Les deux roues ont encore plus de risque d’y trouver accident.

 

Dans ce contexte il est urgent d’intervenir avant qu’un dommage corporel ne soit constaté.

Nous sollicitons donc une intervention très rapide des services techniques avant l’irréparable.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le Maire de la Cadière d’Azur, nos salutations les meilleures

 

Pour L’AML (Association de la Muraille Longue)

1101 chemin de la Muraille Longue, 83740 La Cadière d’Azur

Reina RACINE
.

 

 

 

Pour L’ARCADE

Marcel SIMON

 

 

28/06/2018           

Le collectif d’associations du nord de la Cadière d’AZUR

              sous couvert de L’ARCADE,

       chez Marcel SIMON, 817 chemin des Luquettes,

       83740 La Cadière d’Azur - Tél : 06 87 04 00 78

 

à

                Monsieur Marc GIRAUD, Président du Conseil Départemental du Var,

                                                                                           390 avenue des Lices, BP 1303, 83076 TOULON Cedex

·                                                                                                                     Monsieur René JOURDAN, Maire de la Cadière d’Azur -

                                                                                             11 rue Gabriel Péri,              83740 La Cadière d’Azur

Objet :

 

1 - Sécurisation de la départementale 87,

2 - Travaux de nuit

 

Monsieur le Président du Conseil Départemental du Var,

Monsieur le Maire de la Cadière d’Azur,

 

Nos associations, interprètes de nos adhérents et par extension des résidents du nord de la Cadière, tiennent à vous faire part des sujets suivants, relevant pour partie de votre autorité, avec l’espoir que vous leur prêterez la considération qu’ils méritent.

 

Sécurisation de la départementale 87

 

     En qualité d’associations de défense de l’environnement et de protection du cadre de vie, notre attention se porte aussi sur la dangerosité de nos routes et chemins et les mesures de sécurisation qu’il nous semblerait devoir être prises.

Les résidents qui empruntent la départementale 87 du Var nous alertent très fréquemment sur les craintes qu’ils ont à l’emprunter chaque jour et les difficultés de circulation qu’ils y rencontrent sur plus de la moitié de sa longueur (de la départementale 66 à la départementale 26).

Son étroitesse, des virages accentués sans visibilité, un marquage quasi inexistant et une permission de vitesse à 80 km/h (90 hier) la rendent en tout point périlleuse et plus particulièrement au croisement avec le chemin de Cuges qui dessert un grand nombre d’habitations.

Sa dangerosité nous amène à solliciter de vos services, pour assurer la sécurité de ceux qui l’abordent, des travaux appropriés qui pourraient, entre autres, inclure une signalisation évidente, une limitation de vitesse et, en premier chef, le traitement conjoint entre le département et la commune du carrefour de la D 87 avec le chemin de Cuges.

Si vous le jugez utile, nous nous tenons à votre disposition, pour un relevé sur site, des passages dangereux.

 

Travaux de nuit

 

    Les travaux de nuit qui ont émaillé le mois d’Août 2017 ont suscité les réactions d’un grand nombre de résidents, vacanciers, locataires saisonniers qui ont témoigné de leur mécontentement, voire de leur colère auprès de nos associations. En cause les travaux d’enfouissement de lignes électriques sur la D87 pratiqués de nuit de 20h à 7h du matin entre le 30 Juillet et le 15 Août 2017 et qui ont impacté des résidences situées à plus de 500m de la départementale : bipbip de marche-arrière des véhicules de chantier, crissements de la trancheuse, bruits percutants de raclage des pelles mécaniques ...

Sans toutefois ignorer que la nature de ces travaux participerait aussi à leur bien-être, les résidents n’ont pas compris qu’en dehors de toute urgence l’autorisation a été accordée de les réaliser la nuit.

 

Garants de la tranquillité de vos administrés et certainement y étant très sensibles, nous espérons que les prochaines décisions de nature à la troubler se réfèreront au bon et seul usage de la loi.

Dans l’attente de vos réponses, veuillez croire, Messieurs les élus, en notre considération distinguée.

 

Les président(e)s des associations nord de la Cadière-d’Azur

·         L’ADIR Jas de Clare – (Association de Défense de l’Intérêt des Riverains) - Jean-Luc BRIANT, 275 chemin du Jas de Clare, 83740 La Cadière d’Azur.

·         L’AML (Association de la Muraille Longue) – Reina RACINE, 1101 chemin de la Muraille Longue, 83740 La Cadière d’Azur.

·         L’ARCADE – (Association de Résidents de la Cadière d’Azur pour la Défense de l’Environnement) - Marcel SIMON.

 

Copie :
Monsieur Jean-Luc VIDELAINE, Préfet du Var,
Boulevard du 112ème Régiment d’Infanterie - BP 1209 – 83070 TOULON Cedex.

12/07/2018

Dangerosité D87 - Travaux de nuit

 

Réponse du Maire à lettre du 28/06/2018 ci-dessus

Le 17/02/2018   

 

Lettre Arcade  --> Préfet

 

Pour l’ARCADE, Marcel SIMON - 

Associée aux trois autres associations nord Cadière

 

Objet : Décharge illégale du Castellet et dangerosité de la D 87

 

Références : notre courrier du 11 juillet 2017 - votre courrier du 4 septembre 2017 - notre courrier du 29 novembre 2017

Monsieur le Préfet, Madame, Monsieur,

 

L’activité de la décharge du Castellet n’a toujours pas cessé, elle reçoit encore plusieurs poids lourds par jour qui viennent déverser leurs chargements hétéroclites. Les recours à la loi que vous avez pris, ainsi que Madame le Maire du Castellet, pour la tranquillité et la bonne sécurité des riverains et la protection de l’environnement ne sont encore et toujours pas à ce jour suivis d’effets, alors que le recours de l’exploitant se terminait le 25 décembre 2017.

Le conseil départemental du Var qui aurait dû se saisir de cette affaire depuis longtemps fait preuve d’un silence assourdissant.

Monsieur le Préfet, les riverains ne comprennent pas que la loi ne soit pas respectée dans les délais requis, qui sont plutôt larges et plusieurs d’entre eux manifestent l’intention de passer à des actions sur le terrain pour être enfin entendus. Sans interventions des autorités, c’est ce qui risque de se passer.

Dans l’attente de votre intervention, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, Madame, Monsieur, en l’assurance de nos respectueuses salutations.

 

Associations cossignataires (visa acquis) : ADIR (Association de Défense de l’Intérêt des Riverains) Jas de Clare– Jean-Luc BRIANT @ : adirjasdeclare@gmail.com - AML (Association de la Muraille Longue) – Reina RACINE @ : reinaracine@hotmail.com - AOC (Association Ouest Cadière) – Michel VITSE @ : associationouestcadiere@gmail.com

12/01/2018

 

Lettre Députée -> Arcade

 

Concerne RDV du 12/02/2018

La Cadière d’Azur,  29 novembre 2017 

 

 A Monsieur le Préfet du Var 

 

 

Objet : décharge illégale du Castellet et dangerosité de la D 87 

Références : notre courrier du 11 juillet 2017 – votre courrier du 4 septembre 2017. 

 

Monsieur le Préfet, Madame, Monsieur, 

 

      Suite à notre courrier du 11 juillet concernant notre inquiétude relative aux risques pour l’environnement et la sécurité publique (départementale 87 dangereuse), liés à l’activité d’une décharge illégale de stockage de déchets inertes sur la commune du CASTELLET, votre lettre du 4 septembre 2017 nous indiquait que vous aviez mis les exploitants en demeure de régulariser leur situation notamment en évacuant sous un mois les déchets visibles en surface et à défaut, que les installations en cause pourraient faire l’objet de sanctions administratives et pénales. (Arrêté du 18/08/2017) 

Nous vous remercions vivement pour l’action que vous avez engagée et nous avons pu constater, jusqu’au jeudi 16 novembre,  une baisse importante de la circulation de véhicules poids lourds approvisionnant ce site……ce qui nous causait le plus de nuisances et d’insécurité. 

Cependant, vendredi  17 novembre, nous avons à nouveau constaté la circulation d’une trentaine de camions chargés à priori de pierres en vue de les acheminer sur le site pour être concassées……puis stockées ? enfouies ?... 

L’activité du site est donc rétablie ?… 

Par ailleurs Madame la Député de la 6ème circonscription du VAR, Valérie GOMEZ-BASSAC, qui avait été également alertée sur le sujet, nous a indiqué, par un courrier du 12 septembre 2017 que Madame le MAIRE du CASTELLET avait pris un arrêté pour mettre un terme à cette décharge et qu’il devait devenir effectif fin septembre 2017. 

Nous nous sommes rendus à la mairie lundi 21 novembre et nous avons rencontré le Directeur Général des Services qui nous a indiqué avoir eu récemment une personne de vos services  à propos du non-respect des arrêtés interruptifs de travaux adressés par la MAIRIE et dont l’accusé de réception du prévenant est au 25 octobre. 

Ce jour, 29 novembre 2017, l’activité de la décharge n’a pas cessé, elle reçoit encore plusieurs camions par jour qui viennent déverser leur chargement. Les recours à la loi que vous avez pris pour la tranquillité et la bonne sécurité des riverains et la protection de l’environnement ne sont pas à ce jour suivis d’effets.  

Dans l’attente que ces nuisances s’arrêtent, nous vous prions de croire, Monsieur le PREFET, Madame, Monsieur, en l’assurance de nos respectueuses salutations. 

 

ADIR (Association de Défense de l’Intérêt des Riverains) Jas de Clare– Jean-Luc BRIANT   @ : adirjasdeclare@gmail.com 

AML (Association de la Muraille Longue) – Reina RACINE   @ : reinaracine@hotmail.com 

ARCADE (Association de Résidents de la Cadière d’Azur pour la Défense de l’Environnement) – Marcel SIMON

20/11/2017

 

Lettre Députée -> Procureur

Copie Arcade

Au vu de ces pénalités, peut-on espérer une fin proche de la décharge du Castellet
Var-matin du 21/11/17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25/07/2017

 

Lettre réponse de

PACA -> Arcade

04/09/2017

 

Lettre réponse

Préfet -> Arcade

12/09/2017

 

Lettre réponse

Députée -> Arcade


   Le 03/07/2017

Lettre à Monsieur le Préfet du Var, 

 

Notre référence*** : 170703 GR-VEDR-CB

Objet : risques d’accident grave départementale 87 et décharge illégale du Castellet 

  

      Monsieur le Préfet,

      

Représentant quelques deux milles résidents du nord de la Cadière-d’Azur, nous sommes  quatre associations de protection de l’environnement et de l’amélioration du Cadre de vie du nord de la Cadière-d’Azur. 

Nous prenons contact avec vous du fait des missions qui vous sont attribuées en tant que représentant de l’Etat dans le Var. 

Les usagers et plus particulièrement les milliers d’habitants du nord de la Cadière d’Azur, du Brûlat, de Sainte-Anne du Castellet et jusqu’à Saint-Cyr sur mer sont  directement concernés par l’existence de la décharge située sur la commune du Castellet desservie par la départementale N°87 (route de l’oratoire) qui entraîne un grave préjudice à l’environnement et à la population : circulation - bruits – pollution – poussières – impact sur la flore et la Faune… et en y ajoutant un risque élevé d’accidents graves de la route.

Indépendamment de la nature non connue des matériaux qui sont acheminés sur son site, cette décharge n’aurait aucun agrément et de surcroît empiète sur un territoire agricole d’appellation Bandol. 

Cela provoque une circulation importante de l’ordre de 100 passages par jour de camions de gros tonnages : 40 tonnes, sur une route totalement inadaptée.  

De nombreux témoignages de riverains nous font part de leur peur d’emprunter cette voie, mais ils ne peuvent faire autrement étant la seule qui les dessert.

La dangerosité est importante du fait de vitesses excessives des véhicules et en particulier des poids lourds sur cette départementale sinueuse, étroite, non matérialisée et non limitée en vitesse.

Nous attirons votre attention sur le fait que même s’il n’y avait plus de poids lourd, cette départementale présenterait encore une certaine dangerosité sans mesures appropriées. 

Nous vous demandons, Monsieur le Préfet, de bien vouloir agir avant qu’un accident grave ne se produise, en limitant la vitesse comme il se devrait compte tenu de l’étroitesse de la route et des virages sans visibilité qui rendent souvent impossible un croisement de véhicules, en programmant aussi en parallèle des contrôles réguliers de l’observation des limitations de vitesse et de conduites dangereuses telles que celles de véhicules ne 

respectant pas les distances de sécurité.

Nous vous demandons aussi, bien entendu, d’arrêter cette exploitation de décharge au Castellet si celle-ci n’a pas d’autorisation ce qui résoudrait en grande partie le problème de dangerosité soulevé.

Nous sollicitons auprès de vos services responsables un entretien à une date, dès que possible et à votre convenance afin de prendre connaissance concrètement des dispositions que vous pourriez envisager rapidement et rassurer ainsi la population.

Il ne faudrait pas qu’un accident grave survienne Monsieur le Préfet, nous comptons sur vous pour que les diverses collectivités locales en copie du présent courrier prennent leurs responsabilités, notamment celles concernées par l’article L2231-3 du CGCT, et les collectivités qui encourageraient le trafic actuel inadapté.

 

Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur le Préfet du Var, la haute considération des usagers concernés.

 

      les président(e)s des quatre associations du nord de la Cadière-d’Azur

      

L’ADIR Jas de Clare – Jean-Luc BRIANT 

L’AOC (Association Ouest Cadière) – Michel VITSE

L’ARCADE – Marcel SIMON 

L’AML (Association de la Muraille Longue) – Reina RACINE 

 

Copie :

* Madame Valérie GOMEZ BASSAC, députée de la 6ème circonscription du Var

* Monsieur Renaud MUSELIER, Président du Conseil régional de PACA  

* Monsieur Christophe HERRMANN, Colonel, Commandant du Groupement de Gendarmerie du Var 

* Monsieur Marc GIRAUD, Président du Conseil Départemental du Var,

* Monsieur Alain BACCINO, président de la chambre d’Agriculture du Var

* Monsieur Jacques BIANCHI, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var

* Monsieur Hubert FALCO président de TPM

* Monsieur Ferdinand BERNHARD, président de la CA SSB, 

* Madame Nicole BOISIS, Maire du Castellet, 

* Monsieur Philippe BARTHELEMY, Maire de Saint-Cyr sur mer 

* Monsieur René JOURDAN, Maire de la Cadière d’Azur

* Monsieur Guillaume TARI Président de l’association des vins de Bandol,